• épilation

    infos

    voir arnaque luméa
    http://babillages.net/2010/01/27/lumea-lepilateur-a-lumiere-intense-pulsee-de-philips/ j'en avais parlé longuement sur docti ...

    Tout doit disparaître
    Quasi systématique chez les 18-25 ans, l’épilation intégrale se banalise, au grand dam des professionnels de la santé
    .
    1971. Jean Ferrat nous susurre tendrement à l’oreille qu’il nous aime « pour (nos) toisons de ronces douces qui (le) retiennent, (le) repoussent quand (ses) lèvres vont s’y noyer ».
    2009. Changement de ton radical avec les paroles décomplexées de Ma Garden Party, qui reflètent une réalité tout autre : celle d’un maillot parfaitement épilé parce que « quand c’est court, c’est plus classe, plus glamour devant la glace ». Force est de constater qu’en l’espace de quelques années, notre mont de Vénus s’est déplumé pour devenir presque aussi glabre qu’une peau de bébé.

    Bien que fasciné par cette profonde mutation, le chercheur et auteur Jean Da Silva peine à expliquer pourquoi cette tendance a pris un tel essor : « La mode a sa propre autonomie, il faut l’admettre. Comme pour la minijupe, je ne pense pas qu’il existe de raisons causales permettant d’expliciter le point de départ de ce phénomène, pas plus qu’il n’est possible de comprendre objectivement l’engouement des femmes pour ce grand débroussaillage. » Et de citer pêle-mêle quelques pistes de réflexion parmi lesquelles la « dégénitalisation de la sexualité » (qui va de pair avec le développement des pratiques buccogénitales), la fin du tabou de la masturbation féminine ou l’appropriation de la sexualité par les femmes qu’il rattache à l’utilisation des sex-toys.
    Beaucoup plus critique, le sexologue, médecin et auteur de best-sellers Gérard Leleu voit derrière l’épilation intime la pression des hommes et l’influence croissante du porno : « Au lieu d’assumer leur côté sauvage, explique ce fervent opposant au tout-imberbe, les femmes se laissent dominer par la “mâle peur” de leur compagnon, quitte à transformer leur sexe en poulet plumé ! »
    Après le terrorisme du poids, les femmes seraient-elles aussi victimes de celui du poil ? Pas sûr si l’on en croit la comédienne libanaise Darina Al-Joundi, qui confie entre deux éclats de rires qu’elle a eu son « premier choc culturel avec l’Occident » lorsqu’elle est passée entre les mains d’une esthéticienne en France ! « Au Moyen-Orient, la coutume veut que les filles aillent se faire épiler dès qu’elles commencent à avoir des poils. Notre rapport à la beauté inclut l’esthétisme du sexe très jeune, sans que cela soit connoté à la sexualité, ni perçu comme une contrainte. » Dans une lettre adressée à son esthéticienne arabe , elle lui confesse qu’à Paris, « s’épiler, c’est pire que de se faire arracher une dent » et décrit tour à tour le manque de chaleur des filles qui « portent un uniforme d’infirmière » et « font leur boulot à la carte sans fantaisie ni discussion ». Si cette brune de 42 ans est finalement passée à l’épilation définitive, ce n’est donc pas à cause de la pression des hommes, ni des films pornographiques, mais en raison des instituts occidentaux.

    Tous les salons de beauté ne sont cependant pas aussi occidentalisés que ceux décrits par mademoiselle Al-Joundi. De plus en plus d’établissements proposent une épilation à la cire orientale qui, si on lit leurs argumentaires, suppose une repousse plus faible et provoque moins de poils incarnés susceptibles d’entraîner des microkystes. Régulièrement consultée pour traiter ce type de lésion, le Dr Clarence de Belilovsky (Consultations en pathologies vulvaires à l’Institut Alfred-Fournier, à Paris.) recommande donc aux adeptes du sexe glabre d’espacer les séances d’arrachage (également susceptibles de générer des microfissures sur les lèvres) et d’éviter le rasage qui, en plus de déclencher des dermites irritatives, abîme la peau, très fragile à cet endroit.
    Son confrère infectiologue, le Dr Jean-Marc Bohbot (Directeur médical de l’Institut Alfred-Fournier, à Paris.), fustige de son côté l’épilation intégrale définitive : « La peau, essentiellement constituée d’eau, a besoin d’être constamment lubrifiée pour ne pas se dessécher. Or, en même temps qu’ils détruisent le follicule pileux, le laser et la lumière pulsée anéantissent les glandes sébacées chargées de la lubrification (indispensable) de cette partie du corps. »

    « Poil disgracieux ou pas, tout dépend finalement de quel bout de la lorgnette on se place », raconte Anne-Sophie Lévy-Chambon, qui a été cordialement invitée à épiler le poireau qu’elle arborait fièrement sur la joue gauche pour des raisons télégéniques. Face à cette demande plutôt inhabituelle, la journaliste a voulu comprendre pourquoi le poil rebute, y compris sous la ceinture. Le fruit de ses investigations a été consigné dans un documentaire (7) récemment diffusé sur
    France 4. Encore sous le choc de « l’étendue des dégâts de la déforestation », la réalisatrice observe que le sexe imberbe est devenu une norme de référence maintenant bien ancrée dans les mœurs et « qui conditionne surtout les 18-25 ans ».

    Ce constat va dans le sens des chiffres avancés par le Dr de Belilovsky, selon qui « plus de la moitié de (ses) jeunes patientes s’épile intégralement le maillot, alors que cette pratique est plus marginale dans les tranches d’âge supérieures ». La responsable de l’institut de beauté parisien Un Instant pour Soi et Jean Da Silva réfutent de leur côté la théorie d’un fossé générationnel : alors que la première assure qu’elle réalise des épilations intégrales et semi-intégrales chez des clientes de tous âges,
    « y compris les quinquagénaires », le second remarque que cette pratique, certes constante chez les 18-25 ans, est néanmoins
    « plus généralisée qu’on ne le pense au-delà, notamment chez celles qui ont une sexualité développée et mature ». Peu persuadé que cette mode passera, le chercheur parie au contraire sur sa pérennité en s’adaptant aux envies féminines du moment. Il conclut avec humour : « Au même titre que les femmes décident de la longueur de leurs cheveux, elles peuvent maintenant choisir d’alterner entre forêt vierge, jardin à la française et éminence désertique ! » Enfin une vraie bonne nouvelle pour les faiseurs de tendances…


    « bobos etla beauté c'est quoi »

    Tags Tags : , , , ,